Gours Fumant – 29 octobre 2016

20161029_05L’équipe du jour : Mickaël, Donna, Manu, Christophe, Tristan, Fabien, Cyrille

TPST : 8h30

Petit récit de la journée.

En ce début de fraîche matinée où les premières gelées commencent à blanchir la végétation du VERCORS… nous voilà repartis dans une nouvelle exploration.
Cette grotte est un bonheur enchaînements de verticales allant de 3 à 12 mètres (si je ne me trompe pas sur le topo quant à l’option choisie).
Nous progressons de puits en puits sans trop d’attente dans ce lieu plutôt humide grâce à nos équipeurs de choc.
Certains ont pu suivre l’équipement de près dans certaines portions, se familiarisant aux différents éléments qui les composent (plaquettes, as).
Le réglage des mains courantes, des relais permettant de poser les cordes fixes qui permettent notre descente et notre remontée. Sans oublier les déviations pour mettre le passage “ hors crue“ pour la remontée. Nous avons enrichi notre gestuelle pour ce passage de déviation à l’aller et au retour.

Arrivés au bas du dernier puits nous trouvons une petite salle à manger un peu basse de plafond entre stalagmites et stalactites. Je vous l’accorde le décor est un peu surfait, mais bon… Une fois les ventres pleins, nous reprenons notre exploration vers “le Dragon Chinois“. Notre éclaireur s’affaire à nous trouver le meilleur accès, pendant que nous gardons la pose : grand écart au dessus d’une petite faille (énorme à nos yeux novice), à califourchon sur un bloc coincé dans celle-ci (qu’est ce que je fait là ?…). Pourvu qu’il ne faille pas faire demi tour !…

Notre partie de Jacques à dit se termine et nous desescaladons cette faille à l’aide de nos guides faisant office d’escabeau (très pratique! tout le monde devrait en avoir un à la maison…). Nous nous faufilons dans un magnifique méandre au fond duquel ruisselle un peu d’eau. Puis vient le moment où il faut choisir de se mouiller ou pas les pieds, afin de prolonger la balade. Etant de vrais gosses, nous avons choisi de nous mouiller. Ce fût un bon choix, car nous avons beaucoup rit dans certains passages plus profond où il fallait passer en opposition au dessus. Bon, certains ont fléchis et se sont un peu plus mouillés que d’autres…

Au bout de ce parcourt, nous sommes entrés dans une salle magnifiquement travaillée par le temps. S’offraient à nous des sculptures de toutes part à ne plus savoir où regarder. Toutes les formes possibles et imaginables se côtoyaient : les stalactites recouvertes de calcite leur donnant des effets drapés, des fistuleuses cristallines à la régularité fascinante. Il y à tant à regarder qu’il est dur d’en détacher le regard. Viens l’heure de rebrousser chemin.

Perception des sacs, installations des pantins et maintenant il faut remonter ! On ouvre un peu la combi avant car il va faire chaud ! La dernière remontée est finie, arrive les éboulis de l’entrée et la lueur du jour tombant et son voile de brume. Derniers efforts pour sortir du trou rendu bien glissant par la rosée. Enfin dehors et un choc olfactif étonnant ! Un mélange d’herbes, de champignons de bois se mêlant à la brume pour nous donner ce concentré automnal dont nous avons été coupés de longues heures. Le temps passe toujours sans que l’on s’en rende compte sous terre, c’est très étonnant.

Après l’échange de nos ressentis il est temps de ranger le matériel et de se dire à la prochaine !

Merci à nos encadrants pour la dynamique et la bonne ambiance qu’ils donnent au groupe. Merci à Tristan qui à équiper. Merci à ce groupe qui ne se prend pas au sérieux (pour l’instant) et avec qui on rigole et piplette beaucoup !….
A la prochaine !!

Ps : comme je suis une fille j’écrit en violet pour faire plaisir à Charlotte !

By Emmanuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *