Cuves de Sassenage – 07 décembre 2019

Bonjour à tous,

Tout d’abord bonne année a tout le monde. Je suis un peu en retard pour le CR mais j’ai été bien occupé.!..

Revenons à nos moutons, où plutôt nos spéléologues qui marchent sur l’eau.
Le 7/12/2019, nous nous sommes donnés rendez-vous sur le parking des cuves de Sassenage, à 9h, afin d’explorer la galerie Ouest de ces dernières.
Était présent : Thomas, Yves, Patrick, Frédérique, François, Théa, Julien, Colline, Cyrille et moi même.
On a partagé quelques viennoiseries et tasses de cafés, puis nous nous sommes préparés pour notre sortie.
Après une marche d’approche de 15 minutes, nous sommes arrivés au porche d’entrée des cuves.
Nous étions en charge de la topo sur cette sortie. Notre but étant de ne pas nous perdre dans le labyrinthe des cuves ??
Nous avons progressé jusqu’à la salle St Bruno par la partie accessible aux touristes puis nous avons rejoint la grande galerie par une succession de désescalade et un petit rappel de quelques mètres. La suite était un mélange de marche, escalades, désescalades, marche dans l’actif de la rivière et mains courantes.
Arrivé à la salle à manger, les choses ce sont complexifiés. Nous avons étudié la topo de plus près car de nombreuses galeries s’offraient a nous, mais une seule nous emmènerais dans le labyrinthe, le trou rond (qui était vraiment rond), la salle des cascades, le P13, puis … Nous avons marchés sur l’eau.
Il manquait plus qu’on change l’eau de la vasque en vin…
Un très beau passage en tout cas, qui aura marqué les esprits par sa beauté et son originalité.

Après une successions de mains courantes et de petits puits nous sommes arrivés à la salle de sables puis au puits Lavigne. Très beau volume, fractionné en 3 rappels. Nous nous sommes arrêtés au pied du deuxième afin de nous y restaurer. Ils ne restait plus qu’à manger et aller explorer la galerie Ouest. Le départ étant situé au pied du dernier rappel.

Après notre repas nous avons entamé la progression dans la galerie ouest par une succession de mains courantes en vires, où pas, dans un méandre de 30 à 50 m de hauteur assez impressionnant.
Arrivé à la fin de celui ci nous devions installer une corde et descendre en rappel sur une vingtaine de mètres, or il nous manquait de la corde. Thomas à alors assemblée 2 morceaux de 10 mètres chacun afin de pouvoir franchir ce dernier obstacle. Il aura fallu alors effectuer un passage de nœuds à la descente puis à la remontée dans l’autre sens. Heureusement une petite margelle confortable facilitait ce passage.
Arrivé en bas, nous avons progressé dans la galerie qui se retrecissait au fur et a mesure que nous avancions. Celle-ci plongeait brusquement après un petit « col » jusqu’au siphon terminal. Une belle conduite forcée où résonnait nos pas et nos voix. On pouvait y observer une crue récente sur les parois, où un dépôt de glaise humide était encore visible.
Après quelques minutes à profiter de ce lieux, nous avons pris le chemin du retour en deux groupes jusqu’au puis Lavigne et avons enchaîné le retour jusqu’à la salle à manger. Nous avons alors attendu que les retardataires perdus dans le  » labyrinthe  » nous rejoignent.

Nous avons repris notre progression vers la sortie après cette petite pause.
Arrivés dans la partie touristique, quelques uns d’entre nous on voulus prendre un bain dans une galerie parallèle remplie d’eau. Ils avaient l’air heureux d’avoir barboté une fois sortis.
Il faisait déjà nuit lorsque nous avons repris le chemin vers le parking. Nous avons passé 8h46 sous terre.

Une belle sortie variée avec de gros volumes « sous terrain » (je précise, car je voudrais vexer personne !!), un très bon cru.

JB